Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon pays a le cancer

Publié le par Lionel Droitecour

Mon pays a le cancer

Je publie un poème par jour, sur mon blog http://www.lesvieilleslettres.com/ avec une avance de quatre mois environ, ce qui explique qu’il soit déconnecté de l’actualité. Tant mieux, dans le fond, la poésie, après tout, ce n’est qu’un peu de légèreté dans un monde pesant.

J’écris depuis de nombreuses années, mais si je publie sur le web, c’est parce que le cancer me ronge les entrailles, et que je nourris l’espoir qu’il en demeure peut être un jour quelques pages quand je n’y serai plus.

Pari risqué.

Etrange confluence, aujourd’hui, après une élection remportée par l’extrême droite, je me dis que mon pays aussi a le cancer. Et j’entends les commentateurs de tout poils se lamenter : « comment est-ce possible ? »

Dans un corps malade du cancer, la thérapie la plus courante est la chimiothérapie. Il s’agit de tuer la maladie sans tuer le malade, et je suis désormais bien placé pour savoir que le remède est un mal, si tant est qu’il soit une cure.

Pari risqué, certes.

Notre corps social est donc malade et ce depuis de nombreuses années. Il n’y a pas de « causes » à la monté du FN, qui n’est qu’une conséquence.

Conséquence de la trahison des élites, de la prévarication qui règne à tous les échelons d’une société marchandisée par les profiteurs de tous bords.

Le PS a trahi la gauche et jusqu’au mot même de socialisme, qui fut jadis un espoir pour des générations d’ouvriers. Désormais ils s’en sont trouvé un autre.

Pari risqué, sans nul doute.

Mais quand je vois un CRS, place de la république, matraquer un militant pacifiste et pacifique, en visant délibérément les genoux de ce vieillard à barbe blanche, je me dis que le fascisme est déjà au pouvoir, qu’il attend son heure.

À qui la faute, mesdames et messieurs nos représentants du peuple qui ne représentez plus que les intérêts du MEDEF, des lobbyistes et des multinationales auxquels vous vous vendez pour vous assurer une carrière politique longue et prospère ?

Messieurs les ministres qui planquez votre pognon en Suisse ou qui sortez des officines de la Banque Rothschild, mesdames et messieurs les élus régionaux qui vous pavanez aux frais du contribuable, mesdames et messieurs les députés absents des hémicycles de la république, mesdames et messieurs les maires qui faites du clientélisme votre seule intelligence politique ?

Le ver est dans le fruit et le pari est risqué.

Pour perdurer, une démocratie à besoin tout à la fois d’un moteur et d’une énergie. Ce moteur, cette énergie, c’est l’engagement citoyen. Celui d’un peuple.

Cet engagement doit être militant. C’est dans les associations, dans les syndicats et même dans les partis politiques que nous lutterons contre la montée du racisme. Pas devant une télé ni un écran d’ordinateur, dans la solitude rassurante de son quant-à-soi, mais dans le corps social, justement, par la confrontation des idées et des émotions.

Naguère, il y a à peu près un siècle, Georges Clémenceau disait que la guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée à des militaires. La vie de la cité plus encore, les professionnels de l’arène médiatique nous le démontrent à l’envie. Qu’avons nous fait de l’héritage des anciens résistants morts pour la liberté, de leurs idéaux de justice sociale et de progrès humain ? D’aucun s’apprêtent à le déposer au pied de gueux issus des décombres haineux de la France de Pétain, travestissant leur xénophobie sous des atours mensongers.

Croire au sursaut des citoyens, à la mobilisation des hommes et des femmes de bonne volonté dans un pays bouclé par un « état d’urgence » est un pari risqué. Mais c’est le seul choix qui me reste.

Quand à élire le représentant d’une droite socialiste ou réactionnaire pour faire barrage à la droite extrême, pas sûr que je puisse.

On m’a déjà suffisamment pris pour un con.

Commenter cet article

Bibifricotin 08/12/2015 22:53

Oui cher Lionel, j'ai bien peur de devoir penser par le même prisme ce vomitif moment.
A un petit bémol près cependant.
Même s'il n'est assurément plus de la même trempe, notre corps social aura déjà chopé le cancer dans un passé pas si lointain : en 1934 nous avons eu la montée des ligues fascisantes, puis nous avons eu la nuit d'encre de l'Occupation; et nous avons eu 1936, et nous avons eu le CNR et son programme des Jours heureux, qui auront au moins fait le bonheur de quelques générations !
Que puisse donc cette occurence être porteuse, en cette nuit, d'un grand espoir pour toi et toutes celles et ceux qui te sont cher-es...

Ironbird 07/12/2015 17:46

Très belle réflexion, mon ami, très juste, le "crabe" n'a nullement entamé ton courage et ta volonté d'un monde meilleur !
Le cancer ronge ce pays depuis des décennies, tu as entièrement raison, sauf qu'actuellement nous arrivons en phase terminale et ça se voit beaucoup plus.
Tu as raison aussi de dire que nous avons été trahis encore et encore par nos "élites", qui ne sont en fait que des pantins aux ordres d'une caste encore plus puissante et cruelle qu'eux, en échange ils obtiennent des "privilèges", pouvoir, argent, sexe, etc.
Il suffit de regarder ceux que nous mettons à notre tête par des scrutins bidons, tout homme sensé et doué d'un minimum d'intuition devrait voir que ce sont des escrocs psychopathes, des (boni)menteurs pathologiques aux ordres d'un pouvoir qui aujourd'hui les place sur un piédestal mais demain déjà peut les broyer s'ils ne marchent pas droit...
Le scrutin d'hier n'est qu'une date de plus dans l'agenda... Tout est prévu, maîtrisé, rien n'est laissé au hasard. Ce que tu nommes l'extrême droite est un parti déjà validé, récupéré, il suffit de voir à quel point il est médiatisé. Si demain il arrivait au pouvoir ça ne changerait pas grand chose, comme en 1981 lors de l'élection d'un autre grand Machiavel dont on pensait qu'elle allait bouleverser la face de notre pays.
Les mouvement politiques qui dérangent vraiment n'ont pas accès à nos "merdias", l'UPR par exemple qui est le seul à annoncer clairement une volonté de sortir de l'UE et de l'OTAN, tu l'as vu souvent à la télé ?
Tu dis qu'il faudrait un engagement citoyen, celui d'un peuple, certes... mais quel peuple ?
En quoi ce peuple va-t-il se reconnaitre, en quelles valeurs, alors qu'on ne cesse de lui asséner que c'est une honte de vouloir être français, qu'il faut oublier toute appartenance à une communauté nationale et que la seule solution est de se fondre dans le Nouvel Ordre Mondial cosmopolite ?
Lutter, oui, mais pour qui, pour quoi ? Pour la république bananière que nous sommes devenus ? Pour que les "élus" de gauche ou de droite puissent continuer à tondre le peu de laine qui nous reste sur le dos ?
Sincèrement, penses-tu que les "résistants" et soldats que tu cites parfois, qui sont tombés pour la France, se reconnaitraient en ce système politique perfide et dénué de toute moralité ?
Comment s'étonner dès lors que ce "peuple" déboussolé et sans idéal commun vote un parti soit-disant nationaliste qui en fait ne sert que de leurre pour faire croire qu'il y a une alternative alors que ça fait belle lurette qu'il n'y en a plus ?
Sauf miracle improbable (qu'on espère toujours) la France est morte, aujourd'hui déjà les décisions nous concernant se prennent à Bruxelles, Washington voire Tel-Aviv, le drame est là et non dans le scrutin d'hier soir, qui va de toutes façons selon toute probabilité à nouveau accoucher d'un deuxième tour où le "réflexe ripoublicain" va convaincre les moutons bêlants de remettre en place ceux qui les font crever depuis des lustres...
Si c'est le cas je ne m'en réjouirai pas et d'ailleurs je ne ferai rien pour, moi aussi j'ai déjà donné, participer à cette mascarade et aller voter un Philippe R. prototype même de l'arriviste sans scrupules est vraiment hors de question pour moi, je ne le ferai plus, quoi qu'il arrive, on s'est assez foutu de moi, ça suffit.
Entre la peste brune et le choléra caca d'oie j'ai choisi une troisième voie : la dignité.