Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rien de neuf, mais du nouveau...

Publié le par Lionel Droitecour

Vaut-il mieux trouver des questions ou se poser les réponses ?

Vaut-il mieux trouver des questions ou se poser les réponses ?

Des questions, y en a qu’en pondent, mais des réponses,
y en a pas des caisses…

Peut-on considérer qu’il n’a pas été répondu à une question que l’on n’a pas posée, peut-on se la reposer et pauser sans causer ou Pierre se ponce la raie ?

Une telle perspective tient de l’expectative attentive en l’attentatoire. Mais il faut que je m’en explique, sans supplique, quoique laconique en ma réplique. En effet, je sais que je ne sais rien, comme disait Socrate à Hippocrate, dans un serrement (de cœur ?) resté célèbre en ses errements.

« Il y a du nouveau et il va falloir qu’on s’en occupe »

Voici cités ici les mots même du savant professeur qui m’a déjà coupé des morceaux si chers à ma chair et qui s’apprête inexorablement (mais le râble ment durablement) à recommencer sans tarder, ni moutarder les outardes.

Au bloc, le père Droitecour. Il ya du giratoire dans l’opératoire, et j’y cours tout droit dans mes atours sans recours. Raccourci, sans doute d’une partie de ma personne, qu’on m’opère. Sonne !

Mais de quel bout du boudin, dirait Devos ?

Eh bien je n’en sais rien. Et, pour poursuivre l’hommage au maître du subterfuge oratoire, si rien n’est rien, avec deux fois rien on peut déjà s’acheter quelque chose. Et pour pas cher !

Bref, il semble bien, hélas, Ménélas, que le vilain crabe au pinces noires (Oh, désespoir des poires !) qui me chatouille l’arrière train n’ai point encore dit son dernier mots, non plus que renoncé à ses derniers maux.

Mais les mots sont émotions et motion, tout de go, je proclame en mon ego :

Moi non plus !

Charles Edward Ives, (1874-1954), "La question sans réponse"

Commenter cet article

Avisferrum 10/09/2015 08:54

De retour du pèlerinage annuel en Normandie (passage obligé chez les beaux-parents) je suis peiné de découvrir cette mauvaise nouvelle...
Mais est-ce sûr ou il y a-t-il doute ?
Dans les deux cas je te souhaite plein de courage et un moral d'acier (voire de fer, métal que je connais un peu mieux en bon volatile ferrugineux) je sais à quel point il est pénible de traîner une carcasse amoindrie et souffrante alors que nous avons soif de liberté et de délivrance...
C'est sans doute le prix à payer pour notre chute dans la matérialité, il faut l'accepter et en faire un allié pour notre libération, chose que tu fais déjà avec brio !
Amicalement votre,
le Glaude

Bibifricotin 04/09/2015 23:48

Et allez donc savoir, mon bon ami, si une grande partie de la réponse n'est pas dans la raiponce !?
En tout état de cause, une question ne reste assurément pas sans réponse : le camarade Perros est toujours bien vivant (en vous en tout cas) ! Que la chose vous soit consciente ou pas, "oh, désespoir des poires !" est bel et bien signé; de celui pour qui l'important de vivre était de "savoir moisir entre l'espoir et le fromage"...
Mais pour autant l'heure n'est pas à la moisissure, et en ce combat-ci comme en d'autres, vous nous montrez l'exemple. "Never surrender !"

damiax 04/09/2015 15:14

Bon ben encore et toujours du courage l'ami !
Lâche rien - ça va le faire !