Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En retrait dans les arbres

Publié le par Lionel Droitecour

Une bucolique vision depuis la fenêtre de la chambre 318 où je crèche...

Une bucolique vision depuis la fenêtre de la chambre 318 où je crèche...

C’est, en effet, un peu trop tôt pour la retraite…

Ne serait-ce qu’une douleur persistante dans les fondements du siège de ma personne alitée, je me sentirai presque en vacances. Un établissement de cure, d’étables en glissements, c’est un endroit quelque peu retiré du monde.

Perchée au sommet d’une route en lacets, certes, Aubure est bel et bien en retrait dans le calme des bois qui l’environnent. Et le Muesberg, centre de réadaptation fonctionnelle, l’est tout autant du cœur du village.

C’est donc un double exil champêtre dans lequel je ne m’empêtre, puisque le séjour y est agréable et le malade, en soi, y est choyé.

Mais la cuisine Aubure est sans confiture.

Evidement, puis que le diabète tique et qu’il s’agit de perdre du poids. Et comme chacun sait les petits poids sont extra faim. La faim justifiant les moyens, enfin, quels qu'en soient les confins.

Mais j’exagère. Si la cuisine est fine (en calories), elle n’en demeure pas moins excellente et équilibrée : vivent les quilles libres !

Et puis il faut que les gros bougent dans ce bouge. Mais pas de raison d’y voir rouge, l’effort est gradué, et le gras, doué, s’y dégrade peu à peu en suées désuètes.

Et puis enfin, le meilleurs pour la faim : ayant porté mon hure au logis de l’urologie, ma prostate est intacte et le crabe en est absent.

C’est sans doute pour cela que je tâte de la prose !

Commenter cet article

Bibifricotin 31/07/2015 12:46

Fi donc de tirer à hue et à dia : sus donc à la bête (sans pincettes celle-ci...) et vive la bette non aux abois, mais au fond des bois ! Et qu'on sue, qu'on sue consoude, non pas sous le harnais, mais sous le burne-housse...

Christian 31/07/2015 10:10

Ces nouvelles sont de bonne Aubure semble-t'il. Au diable être il faut faire face...