Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Désenchanté

Publié le par Lionel Droitecour

Edward Hopper (1882-1967), "Sunlight in the cafeteria"

Edward Hopper (1882-1967), "Sunlight in the cafeteria"

Je ne suis, à vrai dire, pas enchanté de ma santé. À Pâques, mais pas que, les autres jours aussi. Mal à mon aise près du malaise, et pour tout dire point trop balaise.

Point de mauvais sang néanmoins

Mais, nez en plus, je m’en viens de faire une prise de sang, plutôt qu’une brise de cent. Décibulles pour mes globules, placement pour mon plasma, vitesse de sédimentation plutôt que (c’est dit) augmentation. Limpides lipides, glucides sans glu qu’on trucide, anti-protéase qu’on prête aux as.

En ces doctes heures, le docteur en fera sa doctrine.

L’impatient patient attendra

Ma culture c’est que la cure dure, et tant que je dure et endure avec elle, n’est-ce pas et de ce pas, dites-moi « comment ça va ? » et je tâcherai de trouver une réponse approximative, un poncif à propos, une pierre ponce à penser le lieu commun de mes communs qu’il faut panser.

Sans regarder à la dépense

Sans transcendance ni danse sans transe. Ceci dit ce Sidi, (celui qui écrit ici), si sa cape à citer la capacité calembourdesque à la calembredaine se cale en sa bedaine qu’à lents bourgs semble intacte, ce n’est que tact. Exact. Haro donc sur la figue (hure de style) et pour citer Figaro en son beau marché (à moins que ce ne soit l’inverse où l'un verse), hâtons nous de rire de tout avant d’avoir à en pleurer.

Peuh, se leurrer, à voir : tâtons nous de frire en fricotant les mots, avant que les maux ne nous rattrapent.

Et de vous offrir ici ce poème concocté ce jour, dès matines, que cotaient, ce jour con, mes mutines babines ...

Sans gêne

En ce dérivatif
Où je dérive, hâtif
Pâle et natif,
Alternatif ;

Je n’ai d’autre désir
Que cet autre dais, sire :
Que cette eau te draine,
Où cette rosse traine.

Et que la drosse entraine
Echo, là, sans traîne,
L’écot lassant mène.

Là, rose s’enchaine,
L’art ose sans chaîne :
L’arrose, sans gêne.

Commenter cet article