Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un p'tit somme ?

Publié le par Lionel Droitecour

Et après ce p'tit somme, j'en profite pour regarder un classique du cinéma...

Et après ce p'tit somme, j'en profite pour regarder un classique du cinéma...

En sommes, bête de somme, je me somme d’écrire ici, moi qui me suis tu, sans tutu, depuis le 15 janvier dernier.

Sommeil relatif (puisque tout est réel à tifs, comme disait le coiffeur d’Albert, qui ajoutait : l’œuf écale, aime ces deux ‒ ce qui finit par lui donner des idées d’équations et de péréquations... ) et l’être de mes vieilles lettres, lui, reste disert, au dessert, et prospère à raison d’un poème bohème par jour d’errance rance.

Quant à la prison de ma santé qu’on prise, brisons là. Je n'en parlerai point, mal en point ou bien au point. Du moins pour l’instant, qui ne se tend pas au Pakistan, où je vais, jette et je végète en tégévé, peut-être, mais plus sûrement en omnibus, avec ou sans gibus.

Donc pas de mauvaises nouvelles dans ma caravelle.

Mais alors que dire ?

Ainsi ce maraud de Marot, je serai bien tenté de déclamer ceci,

de moy-même, donc :

Plus ne suis ce que j'ai été
Et plus ne saurai jamais l'être
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre

Amour tu as été mon maître
Je t'ai servi sur tous les dieux
Ah si je pouvais deux fois naître
Comme je te servirais mieux…

Ou, pour paraphraser :

Plus ne suis ce que j’ai été,
Mais certes, ne voudrait plus l’être,
Triste printemps, et morne été
Me faites penser à des spectres.

Amour que j’ai su mal connaître
Tu ne me fus qu’un songe creux,
Hélas ! Si je pouvais renaître,
Saurais-je enfin ouvrir les yeux ?

Je cligne, bigle et je m’esbigne, histoire de vous faire un signe insigne.

Et je signe...

Commenter cet article

Ironbird 14/02/2015 17:56

Au fil de mes pérégrinations sur ton blog je viens de découvrir le "Livre des Morts"...
Ouah, ça décoiffe !!
J'aime beaucoup, en tout cas c'est on ne peut plus juste : nous sommes pour la plupart des morts-vivants, car rien de ce qui nous compose ne subsistera... sauf -- et c'est sans doute là que nos chemins vont à nouveau provisoirement se séparer :-) la vie même qui nous compose !
Si nous parvenons à nous identifier à cette conscience et non plus aux formes quelles qu'elles soient nous pourrons peut-être passer au niveau suivant...

Ironbird 14/02/2015 17:59

"nous sommes pour la plupart des morts-vivants, car rien de ce qui nous compose ne subsistera... sauf la vie même qui nous anime !" eut été plus élégant !

Bibifricotin 02/02/2015 18:37

Sacré vieux papou détraqué, va !-)

Bibifricotin 03/02/2015 10:50

Et je dirais même plus, ami de la marée nostrum : des e-liens ! Waf, waf, waf...

Lionel Droitecour 02/02/2015 18:55

Voilà bien le plus beau des compliments que tu pouvais me faire, jeune breton bretonnant à bretelles ( que sabrent elles ? ).
Des traques et des tas de quais, des papes ou pas de poux, ça créé des liens.