Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les visiteurs du noir

Publié le par Lionel Droitecour

 Arletty et Alain Cuny, anges déchus, dans "Les visiteurs du soir" de Marceel Carné, 1942

Arletty et Alain Cuny, anges déchus, dans "Les visiteurs du soir" de Marceel Carné, 1942

Puisque noir est le fond de ce blog, je me sens autorisé à parodier le célèbre film de Marcel Carné, pour lequel un certain Jacques Prévert écrivit les dialogues...

Ceci pour vous dire, sire, rendu au seuil (et non au deuil) de la nouvelle année combien, quoique raviné par le cancer (qu’en sert quand même à quelque chose, finalement), combien de biens dis-je, en fut comblé.

Non point d’espèces sonnantes et trébuchantes.

Mais, plus immatériels, des dons inestimables (et par là même non-imposables) de l’amitié et de l’affection. Auxquels mon affection, voire mes infections sans affectation, loin de me plonger dans la déréliction, (quoi que ce fut affaire de mictions) m’ouvrit, sans façon, les factions. Par effraction ?

La raison d’être de ce blog c’est le désir que j’avais d’éviter de parler de ma maladie. Ou alors une bonne fois pour toutes et pour ceux qui voudraient bien s’y intéresser, (un thé tressé ?) par lien http interposé, posé à l’inter (net).

Je pensais en vérité que cela resterai assez confidentiel.

Et bien pas si confit dans le ciel que cela finalement. Selon overblog, 1356 visiteurs se sont succédés à mon chevet pour examiner 4618 de ces pages, depuis le 13 juin 2014, date où j’ai entamé cette apnée. Bien sûr, ce sont les mêmes visiteurs qui reviennent, et pas toujours le soir, sans surseoir. Mais enfin cela fait une petite cohorte qui me conforte.

Or, me voici (hypothétiquement) tiré d’affaire, qu'en faire ?

En attendant d’être de nouveau malade, vais-je vous parler de mon bien-être, en ces fenêtres ? Vous dire combien je vais bien pendant que les serins chantent en un ciel serein ? C’est rien de bien passionnant que cela. On se lassera. Et là sera ma fin.

Je vais donc peut être transformer ce site consacré à mes tumeurs (plus cancéreux que moi, tu meurs, disait un vantard), à mes humeurs malignes, en un blog consacré à mon humeur versatile.
D’un coté les vers à tuiles avec « Les vielles lettres », de l’autre la prose qui pose sans pauser avec ce « Journal de bord ».

Et je vous annonce d’ici peu, dissipé, une nouvelle page ici même, sans poème, intitulée « Le livre des morts ».

Vous verrez, c’est fendard, mes pendards !

Commenter cet article

Garance 23/01/2015 14:55

Bonjour Lionel,
Les visiteurs du Soir, l'un de mes préférés...
Bon courage à vous...

L'âne honyme 15/01/2015 05:46

et allah prochaine !

Bibifricotin 04/01/2015 12:58

Allah bonheur, mon bon ami !!!
(ceci juste pour amuser - et justifier leur paye, un peu - nos bienfaiteurs CIAesques...)