Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Etat du siège

Publié le par Lionel Droitecour

Où l'on perd ces chaises percées persanes (et non ses verres)

Où l'on perd ces chaises percées persanes (et non ses verres)

Je ne vous parlerai pas ici, à satiété, du siège social de ma société. Laquelle est à ce point anonyme que c’est sans garantie que ma gouverne y ment.

Pas davantage de l’état du siège où la maladie m’assiège en son piège.

Non.

Il s’agit plus prosaïquement du siège de ma personnalité, dans le fondement de son assise. Comme dans un fauteuil quoi, sans attendre une visite au père Lachaise pour publier les bancs. Surseoir avant de s’assoir et à ce soir.

Donc les choses vont bon train, mais sans entrain aux avant-postes autant qu’à l’arrière train. Et malgré tout, comme les gnous, une légère mollesse dans les genoux. Sans hiboux ni cailloux, ni de poux, de joujoux et encore moins de choux.

J’en revisite ma grammaire, en son bled, puisque ma grand-mère a de longtemps quitté ce monde.

Ceci pour dire quoi, me direz-vous ?

Et bien mais que ça va, à peu près, quoi. Sans trop, à la petite semaine et sans que je me surmène. Ni ne me promène guère, non plus, encore un peu flapi et point trop solide sur mes gambettes. La gigue à mézigue se limite à quelque sages détours en mes atours, au rebours de mes faubourgs les plus immédiats.

Foin de voyages aux long cours. Non plus que de parcours en de lointains séjours. Je reste dans ma cour, droit et court, comme toujours, et, près de l’abat jour, je médite au temps prochain de mon retour.

Mais ne me demandez pas pour quand, ni pour Caen, dans quel camp ni à l’encan de quel boucan.

L’horloge m’interroge autant que j’y déroge.

Commenter cet article

Luma 29/09/2014 04:53

Hello,

C'est sur une chaise-haute percée qu'on installait aussi les bébés autrefois pour les rendre propre avant l'heure..
Dans leur chaise, autour de la table familiale, ils étaient à la hauteur (comme de petits adultes ) des grandes personnes qui s'occupaient d'eux..

Ceci dit , peut-être que le lien social (pas seulement la promenade quotidienne,en solitaire, autour de "l'abattre- journée", ..)pourrait aussi te faire trouver un peu d'énergie..
Mais , le choc subit (pas seulement physique évidemment ...) doit , à mon avis ,avoir encore besoin de temps pour remettre d'aplomb et en mouvement la masse musculaire du Lion "Droit-qui veut courir"...

Remède proposé:promenades accompagnées..., pour toujours aller plus loin et n'oublie pas que pour aller loin ,il faut ménager sa monture assise sur son siège ou non !

Celui du sénat , du côté du jardin du luxembourg,est passé à droite ...!

Courage et patience,

Luma

l'ane Onyme 26/09/2014 16:53

Surtout ne supprime pas les pubs sur ton blog ovaire du thé russe. C'est presque le meilleur morceau: on a commencé à me proposer mon casier judicaire, puis de me faire rajeunir de 25 ans photos à l'appui ! pour le reste je ne répèterais pas les propos du philosophe Damiax : prends ton temps tonton tant va la criche allo ? qu'à la faim elle se casse les reins.

Lionel Droitecour 26/09/2014 17:53

Pour ce qui est de la licéité de la pub ( lit : cité ) en fait on me l'impose. Avant il y a peu, l'ovaire blague c'était gratuit. Désormais ça l'est encore, m'explique-t-on par mail, mais il faut payer, néanmoins, pour ne pas avoir de pub.
La gratuité, c'est payant, doit-on se dire chez Google et Cie.
Suivant le navigateur qu'on utilise, il existe cependant des moyens d'éviter qu'elle s'affichent, comme ça, on s'en fiche.
Perso je recommande Mozilla, qui permet d'installer un module appelé Adblock Plus 2.6.4. Et fini la pub intempestive ( pas seulement sur mon blog... )
Ceci dit mon cher âne, il y a assez peu d'onymes qui m'appellent tonton. Je crains que tu ne sois démasqué, cher homme, adroit au court.

damiax 16/09/2014 21:52

Prends ton temps l'ami, et dis à ton corps de se remettre à son rythme ... Point d'urgence à retrouver la vie de labeur ... Reste à l'essentiel et retrouve tes équilibres (corporel et mental) ...
Prends soin de toi et ça va le faire ! Y'a que ça qui compte !