Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Goutte à goutte

Publié le par Lionel Droitecour

Colchiques dans les prés, Colchimax verra de près ( vieux dicton de goutteux)

Colchiques dans les prés, Colchimax verra de près ( vieux dicton de goutteux)

Ni fusion, ni transfusion ni perfusion,

encore moins d'effusions au fond d’un verre à goutte.

La goutte dont je vous cause me cause dégout de mes ragouts, et se tient, rougeoyante, luminescente et presque phosphorescente, mais surtout crucifiante en l’articulation bloquée, enflée, boursouflée, de mon gros orteil gauche.

Un comble, pour moi qui suis bien obligé, d’une sobriété exemplaire depuis désormais plus d’un mois. Point d’excès de table, nulle consommation de boissons alcoolisées d’aucune sorte qui puisse expliquer cette misère où ma mise erre.

Nib de tout ça.

En effet, je dois mes douleurs à une réaction post opératoire de mon « catabolisme ». Mot savant à moi offert, aux fers, par la science médicale. Mais y cale où ça ? Si j’ai bien compris, mon organisme en plein délit des sens en la déliquescence de ma convalescence élimine ses toxines. Intox innée, vu que l’acide urique de mes lacis doriques s’accumule en mes reins, point sereins, (ni serins) qui ne sont pas d’airain.

Et c’est pas « rin », dit le parrain du saurien qui n’en sait rien.

Or donc, depuis trois jours, vive l’abbé Quille et ses béquilles, et j’avance à pas menus et fort comptés vers une guérison guère à l’horizon. D’un max de colchiques on fit des comprimés de Colchimax.

Mais qui diable est ce con primé ?

Commenter cet article

Lilifée 08/08/2014 22:19

A ce con primé qui sait si bien nous inspirer quand nous laissons la vie vivre et respirer en nous ! Eh oui chez les Droitecour c'est toujours très cool et chic la goutte ( même lorsque l'on fait déborder le vase !!!)
Quel plaisir de vous lire tous ... après ces quelques semaines d'absence via la plume virtuelle .... je reprends du service ... et je vais tenter d'apporter quelques éléments à un questionnement du 30 juin sur le sens d'un croquis que j'ai décortiqué : il s'agit d'éléments de psycho-énergétique qui mettent en lumière les différentes strates corps/esprit et la latéralisation des somatisations dans l'homme. Vaste programme ! La suite viendra très bientôt ....douce nuit à toutes et à tous !

Luma 06/08/2014 23:39

Hello,

Clopin,clopan..

Je réalise en te relisant que la goutte ce n'est vraiment pas cool-chic!

Dans l'espoir que ce colchimax te soulage , sinon il ne te restera plus qu'à te tourner vers un traitement colchi-rétro , style remèdes de nos grand-mères à consulter sur le site http://www.remedes-de-grand-mere.com/remede/soigner-la-goutte/

Je te souhaite une bonne nuit sans douleur,

Luma

LUMA 05/08/2014 22:59

Hello,

Colchiques dans les prés, fleurissent ,fleurissent
Colchiques dans les prés c'est la fin de l'été (de la goutte)...
C'est une belle chanson de mon enfance que je ne savais pas liée ce symptôme...
Gouttes ,gouttelettes de pluie mon chapeau se mouille ,gouttes, gouttelettes de pluie mes souliers (orteils) aussi !

Aie !

O-rage ,au désespoir c'était la météo de ces derniers jour!
Cou-rage ,

Luma

Ironbird 05/08/2014 20:51

Ah... la goutte...
Douloureux, me suis-je laissé dire par un autre accroc au Colchimax (anagramme : Maxi Cloch) j'espère qu'elle ne sera bientôt qu'un mauvais souvenir de plus...
Merci pour ces nouvelles, de mon coté je médite toujours sur la phrase sphynxique "Et mes gigues en sont sœurs (sans ascenseur)" espérant en tirer une goutte de compréhension, mais elle me résiste en vers et contre tout, ce dont je suis fort marri ! :-)
Bon courage cher ami, reste vaillant sur le chemin de la reconquête !
@+
le Glaude

Ironbird 11/08/2014 08:45

Au contraire, je te remercie de m'avoir fait me creuser un peu la cervelle (pour une fois, diront certains !) sur ce calembour fantôme, ça ne fait pas de mal ! :-)

Lionel Droitecour 06/08/2014 05:13

Pour la phrase sibylline, c'est peu comme dans la bonne vieille devinette ;
Pourquoi les paquebots ? Parce que les transatlantiques !
Il n'y a rien à comprendre, en fait... ce sont deux homophonies successives (et approximatives)..
Mes gigues avec mézigue et en sont sœurs avec ascenseur, rien de plus.
Désolé de t'avoir ainsi plongé dans la perplexité